Pour une promenade Zen

 

 

Vous savez surement que notre compagnon a quatre pattes à un besoin indispensable pour son équilibre de sortir. Mais, pour vous, ce n’est, peut être, pas toujours simple surtout s’il a un bon gabarit et n’en fait qu’à sa tête !!!

Donc voici quelques conseils pour une balade Zen. D’ailleurs dès que nous aurons l’autorisation des mairies  nous vous proposerons nos conseils sur les plages des chiens le dimanche matin.

Même s’il profite d’un jardin, un chien a besoin de sortir. La promenade permet de le sociabiliser et de lui faire dépenser son trop-plein d’énergie, prévenant ainsi d’éventuels problèmes de comportement tel que les aboiements intempestifs, les trous compulsifs la pelouse tondue a l’anglaise, et même voire quelles que destruction matérielles !!!

La sortie ne doit donc pas se limiter à un « pipi-caca » au coin de la rue, puis retour au bercail ! Une vraie balade doit durer au minimum 20 minutes. C’est l’occasion d’établir une relation de complicité avec lui, à condition que la promenade soit un moment de détente et de plaisir, pour l’animal comme pour le maître.

L’objectif est donc de se promener avec Médor et non de se faire promener par lui ! Si non cela peut vite devenir un calvaire, surtout si Médor veux s’entrainer pour les olympiades et que vous êtes obligé de courir derrière. Qu’un chien tire sur sa laisse n’a rien d’anormal, la promenade est pour lui un moment privilégié où il va pouvoir se défouler, croiser d’autres toutous, flairer de nouvelles odeurs, humer les délicats effluves laissés par ses congénères…

Pour autant ce comportement peut transformer la balade en corvée, d’où la nécéssité de lui apprendre la marche en laisse sans tirer dès le plus jeune âge. Si vous adoptez un chien adulte, ou que personne ne vous a conseillé plus tôt, l’apprentissage prendra un peu plus de temps pour oublier les mauvaises habitudes. Mais a tout âge c’est possible et le cas n’est jamais désespéré !!! Tous les Dimanche matin nous nous efforcerons a vous le prouver en faisant des exercice ludique et en utilisant la méthode Joseph Ortega.

La patience, l’amour, le jeu  et la persévérance sont les clés de la réussite. Par la suite, une fois la marche au pied acquise, nous travaillerons le rappel en longe. C’est uniquement quand ce rappel est acquis que l’on peux envisager la promenade, dans les lieux ou c’est autorisé bien entendu, sans laisse.

 

 

 

 

La Marche en laisse :

Pour que votre Rantanplan  évacuer un peu de pression avant la promenade, nous vous conseillons de jouer avec lui, juste avant de sortir. Un peu de lancer de baballe « cherche apporte »pour le faire courir un peu. Une fois la laisse mise, s’il est trop excité, faite le patienter en travaillant des ordres simple tels que « assis », « coucher »,  «attend » …

Mieux vaut choisir une laisse classique d’environ 1m20 pour pouvoir évoluer sans entraver trop les mouvement de toutou, et apprendre à son compagnon à ne pas en avoir peur.

Pendant la promenade, pensez a lui donner l’ordre « au pied » et n’oubliez surtout pas de le congratuler « c’est bien mon bébé, tu es a ta place ». Et chaque fois qu’il tire sur sa laisse, marquez un temps d’arrêt ou changer diamétralement de direction, puis reprenez la marche avec l’ordre « au pied » ou « a ta place ». Il faut lui faire comprendre que c’est vous qui le promener et pas l’inverse. La intervient la persévérance car vous devrez répéter cette opération jusqu'à l’objectif atteint.

Et n’oubliez  jamais de pense a le féliciter quand il ne tire pas sur la laisse  et de le récompenser avec une friandise. Juste en passant la friandise, non sucre bien entendu, peut être une croquette, mais faite en sorte que la friandise ne soit pas la même chose que le repas, en effet il faut motiver une bonne réponse avec une récompense adaptée et caractérisée.

Pensez a toujours utiliser les mêmes ordres et que ces dernier soit simple et court : « viens », « au pied », « suis », « stop », « halte », « a ta place », « pas bouger »…Et surtout n’oubliez pas : C’EST VOUS QUI PROMENER VOTRE CHIEN ET QUI DECIDEZ DU RYTHME ET DU TRAJET ET NON REX QUI VOUS MENE OU IL VEUT !!!

 

 

 

 

 

Petite récapitulation :

 

Où apprendre la marche en laisse à son chien ?

Vous pouvez très bien commencer dans votre appartement, sous forme de jeu.

Il est vrai que les stimulations visuelles et auditives de l’animal, dès son plus jeune âge, sont fondamentales pour son équilibre futur, mais il faut éviter, autant que possible, de sortir dès la première fois dans des rues très passantes ou agitées pour ne pas cumuler les difficultés, ni associer l’apprentissage à une ambiance désagréable. Les bruits de la rue risquent de lui faire peur. La progression de l'apprentissage dans l’intensité des stimulations (bruits, passants…) doit être lente.

Comment lui apprendre ?

Tenez toujours la laisse flottante sur le dos du chien : elle ne doit jamais être tendue. Cela vous permettra d’exercer des petites tractions quand vous souhaiterez ramener l’animal vers vous. Le chien doit marcher près de votre jambe sans jamais la dépasser. Il est conseillé de faire marcher le chien toujours du même côté. Cela lui permet de savoir où se placer par rapport à vous et de ne pas passer sans cesse d’un côté à l’autre.

Nous vous conseillons d’utiliser votre main « mineure » par garder votre main « principale » libre pour toute action du quotidien.

Vous devez aussi attirer son attention, car il sera distrait par tous les bruits de la rue (même s’ils sont peu nombreux). Parlez lui, faites suivre son nom de l’ordre : «Au pied ! ». Restez toujours aux aguets de tous ce qui pourrait attirer l’attention de votre binôme et sachez anticiper les réactions qui pourrait être inopportunes voire dangereuses de votre « moitié ». Ainsi la bonne connaissance de votre partenaire canin vous permettra de pouvoir désamorcer toute situation critique en sollicitant son attention, en amont.  

Lors d’une rencontre avec un congénère, pas de panique laissez les se flairer mutuellement, ils se présentent leur « carte de visite », et surtout laisser la laisse détendu sinon la traction  sera perçue par votre chien comme si vous lui disiez : « attention danger potentiel j’ai peur» ce qui n’amène que deux réponse canine : « j’ai peur aussi » ou «t’inquiète je te défends »

S’il ne respecte pas sa position et vous dépasse, dites-lui : « Non ! » et donnez une petite secousse à la laisse pour le faire revenir à sa place. S’il obéit, félicitez-le. S’il traîne derrière, exercez une petite traction sur la laisse pour le tirer jusqu’à vous. Mais ne tirez pas en permanence sur la laisse.

Vous pouvez aussi tapoter sur votre cuisse pour amener le chien à côté de vous au départ. Ne cédez jamais : ne finissez pas la promenade avec le chiot dans les bras. Traînez-le doucement s’il le faut. Ne vous éloignez pas trop de la maison les premiers temps, cela vous permettra de revenir facilement en cas de grosse fatigue !

Sortez ainsi deux ou trois fois par jour en présentant toujours au chiot cette balade comme un jeu.

 

Conseil de l'éducateur

Le chien doit absolument avoir dès le plus jeune âge un rapport amical et confiant avec la laisse, qu’il ne doit pas ressentir comme une contrainte. Pour le chien, la laisse doit représenter le prolongement de la main de son maître et donc constituer un lien d’amitié et de confiance.

Si les premières approches s’avéraient traumatisantes, le travail serait d’autant plus difficile par la suite : il faut donc absolument que le chiot voit la laisse comme un instrument agréable et pas comme un ennemi, sans pour autant la considérer comme un jouet.

Erreurs à ne pas commettre

- Ne pas tirer le chiot qui ne veut pas avancer en laisse plutôt prévoir un plus petit trajet

- Ne pas taper le chien avec la laisse (même pour rire) pour garder un rapport confiant avec la laisse

- Ne pas laisser la laisse à disposition du chiot, en lui permettant de jouer avec ou de la ronger (le laisserions-nous ronger notre bras ?)

- Ne pas donner trops d’ordre contradictoire  rapprochés « assis » « viens » « a ta place » « pas bouger ». Un ordre a la fois suivis par sa récompense. Avant de passer au suivant et toujours rester sur du positif pas sur un échec.